^

PC et Discrimination Positive

Philippe Gouillou - 17 Janvier 2001

Tags : Sciences - Evopsy

L'Europe se lance tête baissée dans le Politically Correct et une des ses applications les plus célèbres : l'Affirmative Action. Ce texte présente les origines, les moyens et les conséquences de ces orientations et essaie d'en faire sentir l'extrême danger pour toute liberté.


AJOUT AU 28-11-2003

Si à l'époque de la rédaction de ce texte, l'application de la discrimination positive en France parraissait bien lointaine, il a en fait suffit de moins de 3 ans pour qu'elle devienne une caractéristique essentielle de la gestion politique du pays :

  • La discrimination positive a été mise en place pour l'entrée à Sciences Po

  • L'UMP (parti au pouvoir) a pour projet de réserver des postes de journalistes aux Musulmans immigrés (Revue Politique, qui se réfère au Figaro)

La situation au Canada apparaît être encore pire (en avance ?) puisque la Shari'a est prévue être obligatoire pour les Musulmans, en lieu et place de la loi Canadienne, à partir de 2004 (FR, EN, EN)


"Nous interdisons tout cours disant que nous restreignons la liberté d'expression !"
Dr. Kathleen Dixon (BGSU) [1]

"Le but du novlangue était, non seulement de fournir un mode d'expression aux idées générales et aux habitudes mentales des dévots de l'angsoc, mais de rendre impossible tout autre mode de pensée."
1984 (Appendice) - Georges ORWWELL 1948 - (Trad : Amélie AUDIBERTI)

Imaginez qu'il y ait 10% de blonds dans un pays, et que toutes les entreprises et universités de ce pays soient contraintes de respecter cette proportion parmi leur personnel, sous peine d'amendes, d'accusations de racisme, et de procès coûteux. Il est probable que beaucoup auront du mal à respecter ce quota : il est plus difficile de trouver un candidat à la fois compétent ET blond que de trouver un candidat compétent indépendamment de sa couleur de cheveux.

Le recruteur peut avoir de la chance (ses meilleurs candidats sont blonds) ou pas, et dans ce dernier cas il finira par recruter uniquement en fonction de la couleur de cheveux pour atteindre le quota. Cela signifie exactement qu'un employé non-blond a été choisi en fonction de ses compétences, tandis que certains employés blonds ne l'ont peut-être été que grâce à leur couleur de cheveux : dans le premier cas vous êtes sûr des compétences, dans le second vous ne l'êtes pas. Si ces employés sont des pilotes, aurez-vous plus confiance en montant dans un avion piloté par un blond ou par un brun ? Il est probable que vous chercherez à exiger cette deuxième possibilité : vous augmentez vos chances de survie.

Mais hélas la loi a tout prévu : toute tentative de choix, ou même toute critique quant à ce système sera taxée de racisme anti-blonds, et vous fera souffrir d'amendes et de procès.

Cette situation ubuesque est celle qui prévaut légalement dans le plus puissant pays du monde : les USA. On appelle cette politique l'Affirmative Action, et elle est obligatoire dans la plupart des Universités et des entreprises du pays. Bien sûr cette ségrégation n'y est pas basée sur la couleur des cheveux, mais sur celle de la peau. Ses objectifs officiels sont la diversité et la justice, mais nous verrons qu'elle s'inscrit dans le mouvement Politically Correct et que les vraies motivations sont peut-être moins glorieuses.

L'Affirmative Action et le Politically Correct sont devenus les deux éléments essentiels de la culture Américaine actuelle. Jusqu'à très récemment peu connus en Europe, ils commencent à s'y imposer et à y représenter un danger pour la liberté d'expression. Cet article a pour but de les décrire, d'en montrer les origines, les objectifs et leurs applications quotidiennes... et d'essayer de les combattre.

Définitions

  • Le mouvement Politically Correct (PC) affirme que la société peut être changée pour le mieux si les relations entre ses membres sont modifiées. Les critères définissant ce mieux sont marxistes. Pour obtenir cette amélioration le mouvement PC considère que toute communication doit être orientée dans ce but, et que tout a une dimension politique. A noter que l'expression "Politically Correct" semble être à l'origine une moquerie à l'encontre de ceux qui maintenant s'y réfèrent.

  • L'Affirmative Action (en français : Discrimination Positive) est l'ensemble des lois et usages qui favorisent les minorités lors de toute sélection ou notation. Elle a d'abord été appliquée dans les Universités, et s'est maintenant étendue aux entreprises.

  • Est éligible à l'appartenance à une minorité toute personne qui n'est pas un homme hétérosexuel blanc d'origine anglo-saxonne ou juive. Il est facile de calculer qu'il y a largement plus de "minorités" que de majorité : les juifs (quelques pourcents de la population) ne sont pas considéré comme appartenant à une minorité, contrairement aux femmes (plus de la moitié de la population).

Origines

Le mouvement Politically Correct s'inscrit dans la droite ligne, comme s'il n'en était que l'application, de la philosophie néo-marxiste d'un Italien du début du XX° siècle (Antonio Gramsci, 1891-1937) [2]. En accord avec Marx sur la séparation du monde entre "Oppresseurs" et "Opprimés", il s'en distinguait par une vision plus étendue de qui sont les opprimés, et des moyens d'oppressions. A l'oppression économique Marxiste, il ajoutait "l'hégémonie", c'est à dire la domination culturelle, l'ensemble des règles d'une société qui enferme un individu dans son rôle. Dans ce cadre, un opprimé peut très bien l'être à son insu, et être lui-même actif dans l'oppression dont il souffre. Et par la suite, les opprimés ne sont pas seulement les victimes du système économique, comme l'affirmait Marx, mais aussi "les femmes, les minorités raciales, et de nombreux criminels" (3). L'objectif de Gramsci était évidemment de permettre une "vraie révolution" par la modification des structures de pensée, des règles de dominance de la société. Pour cela il en appellait à certains intellectuels (les "organiques") qui seraient chargés de saper les fondements de la société.

Comme le remarque ironiquement Steve YATES [3], les féministes radicales ne savent probablement pas qu'elles fondent leur action sur la philosophie d'un "homme blanc mort". Mais ce sont bien les idées de Gramsci que l'on retrouve dans les différentes tendances du Politically Correct, de la "nécessaire dette des blancs envers les noirs" au féminisme extrême considérant "toute pénétration sexuelle comme un viol". Et Gramsci permet également de comprendre pourquoi ces extrêmistes se permettent d'intervenir dans la vie de ceux qui ne pensent pas comme eux, en leur reniant la moindre capacité de pensée indépendante.

Les principes du Politically Correct

Comme le montrent ses origines, le Politically Correct peut s'adresser à tout, et couvrir un grand nombre de tendances. Pour les non-extrêmistes, les principes fondamentaux du PC sont :

  • La société doit transformer les relations entre ses membres :
    De nombreuses minorités sont opprimées (au sens Marxiste) par les hommes hétérosexuels blancs et toute forme de cette oppression doit être supprimée. C'est ainsi qu'ouvrir une porte pour une femme est une agression à son encontre, qu'un viol n'a strictement rien de sexuel mais n'est qu'une marque de l'oppression séculaire des hommes sur les femmes, etc. etc.

  • Une telle transformation est possible :
    C'est le principe dit de la "Tabula Rasa" qui soutient que tous les enfants naissent égaux (parce que constitués des mêmes éléments) et que l'échec de certains est la faute de ceux qui réussissent. Ce principe qui n'a pas plus de validité qu'un mythe reste à la base de la réflexion PC.

  • Toute communication a un sens politique :
    Pour changer la société il faut transformer à la fois la désignation et la façon de parler. C'est par exemple le PC qui est à l'origine du remplacement de "Black" (Noir) par "African American". C'est exactement le principe de la Novlangue de 1984.

  • Toute description du monde a un sens politique :
    Aucune description n'est indépendante du contexte politique et social, et par conséquent aucune ne peut détenir la vérité absolue ; en d'autres termes : la vision astrologique des planètes d'un Indien de Nouvelle Guinée a exactement la même valeur que l'astrophysique (c'est ce qu'on appelle le Multiculturalisme).
    Le fait que la Science (considérée comme une "invention d'hommes blancs morts") se soit imposée dans le monde entier n'est que la marque de l'oppression des peuples et des minorités par les hommes hétérosexuels blancs, et pas du tout que la Science "marche", permette d'avancer, contrairement aux mythes et croyances.
    En conséquence, aucune affirmation PC ne peut être réfutée parce qu'elle le serait avec des méthodes "d'hommes blancs morts" sans valeur. Et on ne peut reprocher à des PC de produire des statistiques faussées puisque ce qui compte est le message politique, qui définit ce qu'est la vérité[4].

On peut rajouter à ces quatre principes quelques autres, toujours pour les non-extrêmistes :

  • Les hommes hétérosexuels blancs ont une dette (historique) vis-à-vis des autres :
    Ils sont responsables de l'esclavage, des guerres, de la pauvreté, etc. etc. et ils doivent donc payer pour cela. L'idée de départ est qu'un descendant d'esclaves doit toucher des descendants de colons une compensation pour la souffrance de ses ancêtres. Par extension, tous les blancs sont considérés coupables de crimes non prescriptibles contre les noirs, qui eux sont tous des victimes.

  • L'appartenance à une minorité est le critère essentiel décrivant un individu :
    Il faut ainsi savoir si quelqu'un est noir ou blanc, homme ou femme, hétérosexuel(le) ou non, pour décider du comportement à avoir avec lui. Le principe est, paradoxalement, que seule cette information permettra une communication égalitaire avec tous : on demande ainsi à des Professeurs de se comporter avec leurs élèves de manière égale quels que soient les origines, sexes, orientations sexuelles de ces derniers, et en même temps de ne pas se retrouver seuls (sans témoins) avec des femmes. [5]

  • Le culte de la diversité :
    Aucun groupe quelqu'il soit ne doit paraître fermé aux membres d'une minorité. On ne peut imaginer un gouvernement qui ne contienne pas des membres de différentes minorités ; et toute société qui n'aurait pas assez de Noirs parmi ses cadres supérieurs s'expose à de très forts risques judiciaires (cas de la société Microsoft à qui il est demandé en justice 5 milliards de dollars... [6] ). On remarquera que le premier gouvernement G.W. Bush (2001) a pu sans encombre ne comporter aucun Juif : ils ne sont pas considérés comme une minorité.

Les objectifs de l'Affirmative Action

L'Affirmative Action (Discrimination Positive) s'inscrit comme une application du Politically Correct, et s'appuie donc sur ses principes, et notamment sur la diversité.

L'objectif ultime de l'Affirmative Action est que, à tout niveau de la société et dans chacune de ses branches, chaque minorité soit représenté à l'exacte mesure de son poids dans la population générale. Exemple : les African Americans représentent 13% de la population américaine, et il doit donc y avoir 13% de chefs d'entreprises African American, 13% de médecins, de policiers, de professeurs, de diplômés, etc. etc. Le problème est, pour les tenants de l'Affirmative Action, que les noirs sont sur-représentés (par rapport à ces 13%) dans des domaines bien spécifiques (certains sports, le monde de la chanson, etc.), mais sous-représentés dans les postes intellectuels. Pire : ils réussissent beaucoup moins bien scolairement, aux tests de QI (1 écart-type), ont plus de problèmes judiciaires et sont nettement moins nombreux à être diplomés du supérieur. Et tous les programmes destinés à améliorer le niveau scolaire des minorités défavorisées ont échoué.

La solution a donc été de mettre en place une politique de quotas, dans un premier temps (réserver des places aux membres des minorités) et de modifier la notation des examens (Affirmative Grading) dans un deuxième temps.

L'Application Pratique

Au niveau Universitaire, l'application stricte des quotas a été jugée illégale dans certains états : c'est le cas en Californie où la Proposition 209 (Nov. 96) a interdit toute discrimination fondée sur la race. Mais les calculs démontrent que cette proposition n'a pas été appliquée par l'UCLA [7]. Des politiques plus souples, fondées sur les statistiques, ont été mises en place : certaines Universités ajoutent des points aux résultats des tests des membres de minorités (eg : Université du Michigan [8]). Et pour éviter que cet effort au recrutement ne s'évanouisse aux examens (ceux qui ont été le moins sélectionnés ont en effet des chances plus faibles) les Professeurs n'ont souvent pas le droit de mettre une notation inférieure à la moyenne aux membres des minorités.[9].

Le même principe a été étendu aux entreprises.

Les Conséquences

Les conséquences de l'Affirmative Action étaient prévisibles, et sont particulièrement visibles :

  • Le nombre d'erreurs humaines du Contrôle Aérien Américain a été multiplié par trois en 4 ans, c'est-à-dire depuis que l'Affirmative Action a été mise en place dans le recrutement [10].

  • L'Armée Américaine vient de modifier son slogan ("be all you can be" : soit tout ce que tu peux être) entre autres parce qu'il ne correspond plus à la réalité : pour intégrer les femmes, moins sportives, dans l'Armée, le niveau d'entraînement et les demandes ont été abaissés [11].

  • Les entreprises américaines ont évidemment perdu en compétitivité : devoir choisir ses candidats en fonction de leur couleur de peau plutôt que de leur compétence entraîne une baisse du niveau général.

  • Moins visible, mais plus dramatique : un diplôme américain obtenu par un membre d'une minorité n'a évidemment plus la même valeur que celui d'un blanc : tout le monde pensera qu'il ne l'a obtenu que grâce aux quotas.

  • Etc.

Le Politically Correct dans son ensemble est encore plus redoutable :

  • L'insistance sur la race, et sur la dette d'une race envers une autre a accentué le conflit racial né de l'esclavage : sur les campus il est conseillé aux blancs de ne pas chercher à rencontrer les noirs, pour des raisons de sécurité personnelle [9], les attentats racistes se sont multipliés, même s'ils ne sont pas reportés en tant que tels quand c'est un blanc qui en est victime.

  • Toute personne émettant un avis opposé au PC, comme tout scientifique qui ferait une découverte ne correspondant pas au PC se verra accusée de racisme et/ou de phalocratie. Les attaques physiques ne sont pas rares, et plusieurs chercheurs réputés ont du être protégés par la police. Les limitations à la liberté d'opinion sont telles que Glayde Whitney [12] peut parler d'une véritable 4ème Inquisition.

  • Le niveau de la recherche américaine est en chute libre, plus personne n'osant se lancer dans certaines directions. Cela est particulièrement dangereux en santé : dans un nouveau livre (PC MD), Sally Satel démontre que le PC a tellement infecté la médecine que toute étude sur les différences que les African American présentent en termes de maladie est aussitôt étouffée pour risque d'accusations racistes.

  • La politique de l'Université de Colombia est que tout homme accusé "d'abus sexuel" sur une femme peut être expulsé sur un simple témoignage sans qu'il puisse puisse bénéficier des droits élémentaires de tout accusé, comme de pouvoir confronter les témoins, ou de demander l'assistance d'un avocat. [13]

  • Etc.

L'Europe

L'Europe devrait normalement savoir se situer en dehors de ces extrêmités américaines : en France l'anti-américanisme est au plus haut, et chaque référence au PC ne l'est que sous forme de critique. Mais le PC y attaque d'une autre façon, et la France évolue exactement dans cette direction. Quelques éléments pour s'en convaincre :

  • L'atteinte à la liberté d'opinion :

    • N'est publiable en France que ce qui correspond au binôme "gauche-psychanalyse". Tout livre ou article ou émission allant à l'encontre de l'une ou de l'autre ne sera pas édité, ou sera massacré par la presse bien-pensante.

    • Jean Brissonnet remarque [14] que le Nouvel Observateur, sur 9 pages consacrées à la validité de la Psychanalyse (dont on sait maintenant qu'elle est totalement fausse, voire dangereuse), seules 3 lignes étaient consacrées au sujet, tout le reste n'étant qu'un éloge de la psychanalyse. Son article [14] dénonce d'autres manipulations de l'information sur le même sujet.

    • Des contre-vérités scientifiques peuvent être affirmées sans risque, mais les dénier est interdit : c'est le cas notamment du "biais racial du QI", que l'on lit partout, mais qui n'existe pas [15].

    • Chris BRAND a vu son livre scientifique dépublié aux USA comme au Royaume Uni, suite à des accusations délirantes à son encontre dans la Presse populaire [15].

  • L'importance de la race :

    • Les tribunaux français sont rapides à condamner comme "incitation à la haine raciale" toute déclaration allant dans le sens d'une différence entre des groupes humains : les races n'existent pas et on ne peut dire le contraire. Mais dans le même temps :

    • Le mot "ethnie" est employé exactement dans le sens de "race" par la presse : c'était particulièrement net lors des guerres en ex-Yougoslavie.

    • Les "Footballeurs du Siècle " désignés par la chaîne de télévision France 2 en début d'année 2001 étaient Koppa, Platini et Zidane. Toute la présentation qui en a été faite était basée sur leurs origines non-Françaises (fils d'immigrés) et pas sur leurs qualités sportives.

    • La mise en place de quotas : Déjà pour les femmes en politiques, bientôt pour les représentants des minorités ?

C'est-à-dire que la France reprend à son compte les deux critères qui émergent du Politically Correct : la discrimination selon les origines, et le contrôle de l'information.

La situation aux USA a déjà tragiquement démontré que cela EST une incitation à la haine raciale.

Philippe Gouillou
17 Janvier 2001 - Revu le 5 Février 2001 et le 13 Janvier 2002

Notes

  1. "We forbid any course that says we restrict free speech!" - Dr. Kathleen Dixon, Director of Women's Studies, Bowling Green State University in Bowling Green, Ohio. Le Professeur ZELLER avait voulu organiser un cours sur le PC. Cela lui a bien sûr été interdit, mais il a du en plus subir des reproches, des menaces, et a fini par démissioner. Voir The Politically Incorrect Professor (28-09-2000)

  2. Ressources sur Gramsci : Gramsci Webring - Liens sur Gramsci - Recherche Google sur Antonio Gramsci

  3. Understanding the Culture War Steve Yates on Gramscians, Tocquevillians, and others.

  4. Exemple : "The Myth That Schools Shortchange Girls: Social Science in the Service of Deception" Judith Kleinfield
    Sur le même cas, voir aussi : THE WASHINGTON TIMES "A bias against boys study's conclusion was foregone" Monday, December 13, 1999 Section: COMMENTARY OP-ED Page: A19 by Patricia Hausman

  5. Exemple : The Cass Case (UPENN 1995)

  6. MSNBC 03-01-01 Microsoft est victime du PC, alors même qu'il en est un des plus importants financiers.

  7. The Death of Meritocracy [La Griffe du Lion] - L'auteur démontre que les chances que l'UCLA applique la proposition 209 sont inférieures à 1 sur 10 puissance 364, alors qu'il n'y a que 10 puissance 100 particules fondamentales dans l'univers...

  8. National Association of Scholars sur les critères d'entrée à l'Université du Michigan

  9. Témoignages directs (1995-2000) et/ou Vécu personnel (OSU - Colombus OH - 1995)

  10. ABC-TV morning news - 20 Dec. 2000

  11. CNS News - 15 Jan. 2001

  12. La 4° Inquisition[Glayde Withney]

  13. Lire : Le texte original de l'Université de Columbia - Lettre de l'Association Feminist for Free Expression - FIRE sur le sujet

  14. Divan le terrible par Jean Brissonnet

  15. The g Factor dépublié par Wiley en 1996. Voir sur le site Douance : la revue du livre - la traduction d'extraits du livre - le livre en intégralité (gratuit)


Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2001) : "PC et Discrimination Positive". Evoweb. 17 Janvier 2001. <http://www.evoweb.net/peecee.htm>
[PC et Discrimination Positive](http://www.evoweb.net/peecee.htm). Gouillou, Philippe. _Evoweb_. 17 Janvier 2001