^

Synthèse Enquête Douance

Philippe Gouillou - 13 février 2002

Tags : Eugénisme - Intelligence - QI

L'analyse et les résultats d'une petite enquête sur le site Douance dont le thème était Quels gènes choisirez-vous ?


Termes de l'enquête :

Vous (Homme ou Femme) avez décidé de recourir à l'insémination artificielle du sperme d'un donneur pour avoir un enfant. Vous devez choisir entre deux flacons mais la seule information que vous ayez sur les donneurs est que l'un d'entre eux est Ouvrier Spécialisé (OS), et l'autre Ingénieur. Bien sûr vous n'aurez jamais AUCUN contact avec le donneur (pas même de contact financier). Quel donneur (flacon) choisirez-vous :

  1. Le flacon de l'OS
  2. Le flacon de l'Ingénieur
  3. Indifférent

Pourquoi ? (merci de préciser si vous êtes un homme ou une femme, votre âge et le nombre et l'âge de vos éventuels enfants)

Analyse de l'enquête

Les caractéristiques principales de cette enquête étaient :

  • Enfermement dans un cadre hypothétique peu réaliste

  • Obligation de choix ("Indifférent" ne correspondant pas à "non choix")

  • Les critères proposés sont sociaux, et ne correspondent pas à des caractéristiques directes du donneur

  • Suppression de la possibilité d'intérêt financier (apport de ressources)

  • Choix du terme "OS" qui fait référence aux grandes heures de Boulogne-Billancourt et n'est quasiment plus utilisé aujourd'hui

  • Positionnement sur le site Douance incitant à tomber dans le mythe de l'intelligence en tant que critère universel et absolu de jugement d'un être humain

En d'autres termes l'enquête laissait croire que son sujet était l'intelligence qui aurait été purement déterminée par le niveau social du donneur et qui aurait été le critère ultime de jugement de la qualité de l'enfant résultant.

Synthèse des réponses

Comme prévu, la majorité des personnes ayant réagi à cette enquête n'ont pas remarqué le piège de l'enfermement [1] et ont répondu au niveau primaire, uniquement affectif :

  • Au moins un mail (qui ne m'est pas parvenu mais a été forwardé à de multiples personnes) dénonce cette enquête (qui irait à l'encontre des enfants surdoués), et me considère comme "un triste personnage"

  • Quelques mails d'insultes simples

D'autres réponses plus élaborées ne remarquaient pas cet enfermement mais y répondaient de manière plus complète :

  • Un mail niant "l'influence prédominante de la génétique sur l'intelligence" et accusant tous ceux qui démontrent le contraire de "faire une utilisation frauduleuse du concept d'intelligence" (sic !) [2]

  • D'autres insistaient sur le fait que les informations étaient totalement insuffisantes, et remarquaient notamment qu'être Ingénieur n'est ni nécessaire ni suffisant pour être intelligent (et la comparaison avec les OS selon ce critère n'est pas toujours en leur faveur)

Les réponses les plus intéressantes reprenaient le dernier argument ci-dessus et y rajoutaient que le fait même d'avoir ce choix est perturbant. Plusieurs préfèrent s'en remettre au hasard (ce qui ne correspond pas à la réponse proposée "Indifférent")

Et au global, tout le monde a répondu "indifférent" sauf une réponse "OS" ("plus viril") et deux réponses "Ingénieur".

Commentaires personnels

Bien évidemment je ne crois absolument pas que cette prédominance d'indifférent se retrouverait dans la réalité : soit l'échantillon est totalement biaisé dans ce sens, ce qui est possible, soit, comme on me l'a fait remarquer, les personnes ayant répondu Indifférent choisiraient en fait bien l'Ingénieur mais ne peuvent l'avouer pour ne pas choquer. Ceux qui s'intéressent à ce que 10.000 personnes de 37 cultures différentes ont répondu à des questions pas si éloignées liront avec intérêt Les stratégies de l'amour de David BUSS [3] ou pour un livre extrêmement complet Male Female de Dave GEARY [4].

Mais en fait le vrai problème n'est pas celui de choisir l'un ou l'autre, ou que telle ou telle caractéristique soit ou non transmissible génétiquement, mais la possibilité même du choix, comme l'ont remarqué plusieurs personnes.

Dans la vie humaine telle qu'elle a existé jusqu'à très récemment chacun essayait de choisir le partenaire le mieux possible en fonction d'un très grand nombre de critères, les ressources et la réussite sociale de l'homme en étant un très important pour les femmes, mais pas le seul. En Occident où les mariages arrangés sont relativement rares on constate que le QI est un critère de choix très important puisqu'il présente la plus forte corrélation entre époux (0,40). Le fait est que, au moins en Occident, le fait de choisir un partenaire pour avoir des enfants ne se situait pas seulement au niveau de la recherche des meilleurs gènes, mais aussi à celui d'autres critères importants pour la vie commune.

L'arrivée de la possibilité de fécondation in vitro ("fivette") avec sélection d'embryon a totalement détruit chez ceux qui y sont confronté ce lien entre la recherche de bons gènes et la recherche d'un(e) partenaire. Le choix d'un donneur (ou d'une donneuse) ne peut se situer qu'au niveau génétique : compatibilité avec le receveur (la receveuse) et autres qualités. Quels vont être les choix qui vont être privilégiés ? Quel va être l'impact de ces choix sur la société ?

A la première question on peut facilement répondre. Il suffit d'observer le marché Internet des donneurs pour s'apercevoir qu'une grande blonde mince et jeune avec un PhD et un QI supérieur à 140 vaut plus cher qu'une autre femme présentant d'autres critères. Pour les hommes les diplômes, le QI et la taille sont aussi des critères à haute valeur marchande.

La deuxième question est évidemment la plus grave, et ses réponses sont, encore, inconnues. Une seul chose est certaine : ce n'est pas en se mettant la tête dans le sable et en traitant de "Nazis" tous ceux qui se posent cette question qu'on évitera les dérives et les désastres.

Philippe Gouillou
13 février 2002

Notes :

  1. Sur ce sujet lire P. WATZLAWICK, J. WEAKLAND, R. FISCH : Changements, Paradoxes et Psychothérapie - Point Seuil n° 130 - 1975

  2. Le mail complet (j'ai juste supprimé la signature) s'appelle "Démagogie ?" et est :

    *Bonjour,

    Ma réponse : indifférent !

    Pourquoi ?

    L'influence prédominante de la génétique sur l'intelligence est une
    information aussi valide que celle concernant le fait que la lune est creuse
    et abrite des extraterrestres.

    Bien entendu, comme pour la lune, il existe toujours un public susceptible
    d'être intéressé par ce type de savoir et... des individus, dont la morale
    et les motivations restent questionnables, qui préfèrent diffuser ces
    informations démagogiques plutôt qu'un réel savoir sur l'intelligence. A ce
    propos, je vous informe que votre livre et certains messages parus sur votre
    liste (l'anonymat des auteurs des messages est préservée) font dorénavant
    partie intégrante de mes enseignements concernant "l'utilisation frauduleuse
    du concept d'intelligence" à côté des auteurs faisant la promotion de
    différences raciales ou sexuelle de l'intelligence (documents faschistes,
    ségrégationnistes, etc.).

    Continuez dans cette voie !
    La lecture de votre forum est pour moi une source d'émerveillement sans
    cesse renouvelée.

    Salutations

  3. David Buss : Les stratégies de l'Amour- VF : Interéditions - 1994

  4. David C. GEARY : Male, Female - The Evolution of Human Sex Differences APA W.DC - 1998 Traduction en cours. Parution en français en mai 2003 chez De Boeck Université


Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2002) : "Synthèse Enquête Douance". Evoweb. 13 février 2002. <http://www.evoweb.net/fivette.html>
[Synthèse Enquête Douance](http://www.evoweb.net/fivette.html). Gouillou, Philippe. _Evoweb_. 13 février 2002