Elections USA : le pion Biden veut-il perdre ?

©Philippe Gouillou - Dimanche 25 octobre 2020

Tags : Jihad - Politique

Son dernier lapsus en est-il vraiment un ? Joe Biden semble plutôt en avoir assez de n'être que le pion de l'extrême-gauche.


center

MàJ (29 octobre) : Selon Les Observateurs1, Joe Biden voulait parler d'organisation de lutte contre la fraude électorale (!). On est rassurés...

Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Le Cid, Corneille

Le 24 octobre 2020, à dix jours des élections, Joe Biden a déclaré clairement, calmement, en détachant bien les mots, pour que tout le monde comprenne, et en regardant bien la caméra2 :

"Nous sommes dans une situation où nous avons mis ensemble en place, je pense, la plus large et inclusive organisation de fraude électorale dans l'histoire de la politique américaine"

Un tel aveu parait suicidaire, aussi l'explication communément admise est qu'il ne s'agit que d'une gaffe de plus d'un vieillard agonisant qui n'a plus toute sa tête, et qui en fait tous les jours où il est autorisé par son staff à parler. Une autre explication est à envisager.

Le plan

Lors des Primaires Démocrates en 2016, la candidature de Bernie Sanders avait failli battre celle d'Hilary Clinton, au grand désarroi de l'élite Démocrate qui le jugait trop d'extrême-gauche pour pouvoir gagner les élections présidentielles en novembre.

En 2020, le même scénario s'est reproduit : Bernie Sanders a gagné les Primaires Démocrates dans plusieurs Etats de l'Ouest (dont la Californie) et semblait bien parti pour être le candidat officiel du Parti, même s'il était toujours jugé trop d'extrême-gauche pour les élections nationales. Et puis, d'un coup, Joe Biden a dominé largement les votes, devenant ainsi le candidat officiel.

Que s'est-il passé ? Ce revirement était-il du uniquement aux différences entre États ? Les électeurs se sont-ils aperçus que Sanders risquait d'être nommé candidat et que le Parti Démocrate perdrait en novembre. Cette hypothèse est parfaitement recevable, mais dans ce cas pourquoi un tel basculement sur Joe Biden et pas une répartition sur tous les autres candidats ?

Pour les dirigeants démocrates confrontés au risque Sanders, Joe Biden pouvait apparaître comme le sauveur. Vieux politicien (47 ans de carrière...) aux capacités cognitives très déclinantes, il est facile à manipuler. De plus il traîne des casseroles tellement graves que même Facebook et Twitter n'arrivent plus à empêcher de publier.

On peut dès lors imaginer qu'un plan a été mis en place : les dirigeants Démocrates ont fait nommer Joe Biden (par ordre aux votants ou par fraude ou les deux), en sachant qu'il ne pourrait remplir sa fonction de Président, et que ce serait le Vice-Président qui serait réellement élu en novembre. Lui adjoindre Bernie Sanders aurait été trop visible, aussi c'est une autre personnalité d'extrême-gauche qui a été choisie : une femme qu'il a suffit de requalifier d'Indo-Jamaïcaine descendante d'esclavagiste en Afro-Américaine descendante d'esclave. Les Américains croiraient voter pour le modéré Joe Biden, mais c'est l'extrême-gauche Kamala Harris qui serait Présidente.

Mais pour cela il faut faire élire Joe Biden, d'une manière ou d'une autre.

Les accrocs

Avec le soutien de la Presse (jusqu'en France...), des Réseaux Sociaux, et des géants des high-techs, ce plan a d'abord excellement bien marché. Mais il y a eu deux problèmes.

Le premier est que la santé cognitive de Joe Biden se détériore trop vite. Ce n'est pas seulement qu'il accumule les gaffes, c'est qu'il n'a plus la force physique de faire campagne. Il a du prendre 5 jours de repos avant le débat avec Donald Trump quand ce dernier fait 2 à 3 meetings électoraux par jour ! Un tel écroûlement aurait été bienvenu s'il n'était devenue aussi visible qu'après les élections (3 novembre), mais avant il peut faire fuir des votants.

Le second est que les casseroles aussi ont été connues trop tôt, et que la justice est en train d'enquêter sur l'exceptionnel niveau de corruption de la famille Biden. Même s'il est élu, il sera très vite soumis à un "impeachment". Le résultat sera le même (l'extrême-gauche en tête du pays), mais pas dans la même ambiance. Et surtout ça rend l'élection plus difficile à gagner.

Joe Biden

Le vieillard cacochyme Joe Biden doit donner des sueurs froides aux dirigeants Démocrates : comment gagner des élections présidentielles avec un candidat qui n'a plus la force de candidater et qui aux rares instants où il y parvient se montre régulièrement minable ?

Mais on peut aussi se placer de son côté à lui : comment perçoit-il les événements ? Même si son état de santé mentale s'est écroûlé, il n'est pas encore totalement inconscient, il doit percevoir au moins partiellement ce qui se passe autour de lui. Et il n'est pas certain que quelqu'un qui a été au pouvoir si longtemps apprécie tellement n'être plus qu'un pion manipulé pour mettre au pouvoir une autre que lui.

Rien n'est certain, bien sûr, mais on peut imaginer que le lapsus de Joe Biden n'en était pas un, mais était au contraire un aveu lancé comme une bouteille à la mer.

©Philippe Gouillou - Dimanche 25 octobre 2020


Sélection Nouveautés

Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2019) : "Elections USA : le pion Biden veut-il perdre ?". Evoweb. Dimanche 25 octobre 2020. http://www.evoweb.net/blog2/20201025-biden-lapsus.htm
[Elections USA : le pion Biden veut-il perdre ?](http://www.evoweb.net/blog2/20201025-biden-lapsus.htm "Evoweb : Elections USA : le pion Biden veut-il perdre ? (Dimanche 25 octobre 2020)"). Gouillou, Philippe. *Evoweb*. Dimanche 25 octobre 2020