Hypothèse 42 : Médicaments génériques

©Philippe Gouillou - Lundi 30 décembre 2019

Tags : France - Hypothèses - Politique - Sciences

Votre vie et votre santé appartiennent à la Sécurité Sociale.


center

Le Gouvernement a dévoilé une réforme ambitieuse pour lutter contre le déficit de la branche maladie de la Sécurité Sociale : dès le 1er janvier 2021 la vente par les pharmacie de médicaments dits de référence sera toujours interdite quand un médicament générique est disponible, quel que soit celui-ci et quels que soient les antécédents médicaux de l'assujetti.

L'arrêté publié au Journal officiel du 19 novembre 2019, il y a un an, avait déjà supprimé la mention "Non Substituable" tout en prévoyant trois cas où le médecin pouvait demander la délivrance d'un médicament non générique : pour quelques médicaments auxquels l'assujetti était habitué (mention "MTE"), pour les enfants de moins de 6 ans en cas de non disponibilité de médicament sous forme identique (mention "EFG"), et en cas de contre-indication à un excipient à effet notoire (mention "CIF"). Ce sont ces trois exceptions que le nouvel arrêté publié le 15 novembre vient supprimer. De plus, les médecins ni les pharmaciens n'auront plus le droit de choisir le médicament générique à délivrer, qui devra toujours être celui préconisé par les services centraux de la Caisse.

Lors d'une conférence de presse, la Ministre de la Sécurité Sociale et de la Santé a d'abord rappelé qu'"Il n'y a strictement aucune différence entre un médicament générique et son médicament de référence, ce sont les excipients qui expliquent les cas d'allergie et les différences d'efficacité constatées, il est donc mensonger de dire que ces médicaments ne sont pas identiques." Elle a ensuite insisté sur l'enjeu de cette réforme : "L'équilibre de la Sécu est la priorité et elle concerne tout le monde, tous et chacun doivent faire des efforts, et dans tous il y a bien évidemment aussi les malades". Elle a précisé que si 90% des médicaments de référence proviennent de laboratoires étrangers, 55% des médicaments génériques sont produits en France : "Ce que nous faisons, nous le faisons aussi pour l'emploi !".

La Ministre a répondu très sèchement à un représentant de l'Ordre des Médecins qui citait des recherches montrant un fort effet des excipients sur le microbiome intestinal (anciennement appelé "Flore intestinale") pouvant dans certains cas non seulement anihiler les effets attendus du médicaments mais également provoquer des réactions allergiques sévères : "La suppression de ces exceptions allègera le travail des médecins, or moins de travail pour les médecins c'est une augmentation de leurs revenus, cette réforme rentre aussi dans le cadre des négociations en cours !

Elle a conclu en annonçant que les élus et les fonctionnaires ne seront pas concernés par cette réforme.

©Philippe Gouillou - Lundi 30 décembre 2019


Hypothèses














































Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2013) : "Hypothèse 42 : Médicaments génériques". Evoweb. Lundi 30 décembre 2019. http://www.evoweb.net/blog2/20191230-hypothese-42.htm
[Hypothèse 42 : Médicaments génériques](http://www.evoweb.net/blog2/20191230-hypothese-42.htm "Evoweb : Hypothèse 42 : Médicaments génériques (Lundi 30 décembre 2019)"). Gouillou, Philippe. *Evoweb*. Lundi 30 décembre 2019