^

Hypothèse 14 : Protection de l'information

©Philippe Gouillou - Mardi 2 juillet 2019

Tags : Hypothèses - Politique - Presse - Propagande

Une nouvelle loi pour garantir une information de confiance.

center


— Les journalistes sont en colère, Monsieur le Président, ils exigent des compensations. Ils affirment que le fiasco de notre dernière campagne a détruit leur crédibilité, et que sur les réseaux sociaux maintenant tout le monde se moque d'eux, ou pire. Plusieurs Rédac-Chefs m'ont appelé : ils menacent de ne plus nous soutenir, ce qui remettrait en cause les réformes prévues.

— Vous leur avez dit qu'on a viré celui qui avait eu cette idée idiote ?

— Oui, mais ça ne change rien à leur image de soumis au Pouvoir.

— On peut pas augmenter leurs avantages fiscaux ? Ca marche bien généralement.

— Oui, c'est acté, mais ils m'ont bien dit que ça ne suffira pas. Ils m'ont tous répété "crédibilité" dix fois par phrase, ils chouinent tous qu'ils ne supportent plus d'être traités de "petits larbins du pouvoir", qu'ils sont des intellectuels, qu'ils ne devraient pas avoir à subir cela, et que c'est votre faute. Ils profitent de la situation.

— Qu'est-ce qu'on peut y faire ?

— Il y a une vieille idée qu'on pourrait relancer. Les journalistes veulent être considérés, il faut donc les revaloriser auprès de l'opinion, donner plus de valeur à ce qu'ils disent et écrivent, restaurer la confiance. On pourrait leur donner l'exclusivité de l'information : ils seraient les seuls à avoir le droit d'exprimer des opinions.

— Vous allez me faire passer pour un dictateur !

— Non non, au contraire, c'est une idée beaucoup plus subtile : il ne s'agit pas d'interdire à qui que ce soit de s'exprimer, juste d'inciter tous ceux qui ne sont pas journalistes à ne pas le faire. Laissez-moi vous montrer, le plan est très simple.
Tout d'abord nous insistons sur ce dernier fiasco : les journalistes ont été trompés par une personne malintentionnée mais, grâce à la liberté d'expression, la société civile a pu les corriger, c'est la preuve que la Démocratie marche. Mais certains ont essayé de profiter de cette tromperie pour faire passer leurs messages de haine : il faut lé-gi-fé-rer pour protéger la liberté d'expression qui vient justement de montrer son importance.
Nous créons donc une loi de protection de l'information, qui rend chacun indéfiniment redevable sur l'ensemble de ses biens en cas de diffusion de fausse nouvelle ou de propagande. C'est facile : la plupart s'expriment sur Facebook, on a donc leurs adresses IP.

— Les journalistes vont nous tuer !

— Non, justement, cette loi leur prévoit une exemption. Elle reconnait qu'ils ont un métier très difficile, et qu'ils peuvent parfois être trompés. Mais là ils sont des victimes, pas des coupables ! Les journalistes accrédités ne sont donc pas concernés par cette loi, ils seront les seuls à pouvoir s'exprimer sans risquer de finir SDF, et donc de facto les seuls à s'exprimer. Plus personne n'osera les traiter de larbins, ils seront heureux.

— Mais tous nos opposants vont demander une carte de journaliste, c'est facile à obtenir, c'est juste une question de revenus !

— Non, pour bénéficier de ce nouveau statut, il faudra être accrédité, et c'est là la subtilité : c'est le Parti qui décidera de l'agrément, pas le Gouvernement. Les journalistes ne pourront pas être accusés d'être inféodés et regagneront la confiance de la population, et vous serez bien perçu comme un défenseur de la Démocratie.

©Philippe Gouillou - Mardi 2 juillet 2019


Hypothèses










































Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2013) : "Hypothèse 14 : Protection de l'information". Evoweb. Mardi 2 juillet 2019. http://www.evoweb.net/blog2/20190702-hypothese-14.htm
[Hypothèse 14 : Protection de l'information](http://www.evoweb.net/blog2/20190702-hypothese-14.htm "Evoweb : Hypothèse 14 : Protection de l'information (Mardi 2 juillet 2019)"). Gouillou, Philippe. *Evoweb*. Mardi 2 juillet 2019