^

Hypothèse 7 : Sauver la démocratie

©Philippe Gouillou - Samedi 8 juin 2019

Tags : Hypothèses - Politique - Propagande

Lutte contre les Fake News.


center

Le Président apparaissait détendu, et même serein : les maquilleuses avaient miraculeusement bien travaillé. La lumière aussi était bonne : un peu chaude, intimiste, tout en laissant une forte clarté pour accroître la confiance. L'heure était solennelle : il lui fallait montrer qu'il avait entendu les appels du peuple. Aussi l'Imam Ben Imam se tenait à sa droite et un tour de caméra à la fin de son allocution montrerait les ministres en train de l'applaudir debout.

En arriver là avait nécessité un travail constant. Depuis sa première Présidentielle, son mouvement avait remporté haut la main toutes les élections. Même celles où il n'était arrivé qu'en deuxième position avaient pu être transformées en victoires éclatantes, par exemple les juges avaient trouvé comment invalider l'élection du candidat d'opposition lors des dernières Présidentielles.

Sur le plan intérieur les nouvelles étaient excellentes. La grande opération nationale de transformation des cathédrales en Mosquées, lancée après l'incendie de la Cathédrale de Paris grâce à une taxe spéciale, avait limité la hausse du chômage en plus de permettre l'arrivée de nombreuses compétences des pays du Golfe. L'interdiction faite aux diplômés de quitter le territoire et l'obligation du dépôt d'une très forte caution avant tout voyage à l'étranger avaient réduit et la fuite des cerveaux et l'évasion fiscale. La sécurité aussi avait été très fortement améliorée : la création de zones spéciales administrées souverainement par les Imams en respect de la sharia avait réduit la criminalité, et l'instauration d'un passeport intérieur avait permis de mieux contrôler la répartition des migrants et surtout d'interdire le "white flight", si préjudiciable au vivre-ensemble dans les quartiers musulmans. Il ne restait plus qu'à interdire les grèves et à nationaliser les petits commerces et le pays pourrait poursuivre sa marche vers le progrès.

La politique extérieure était certes plus compliquée, mais saine. La dette extérieure notamment avait été réduite en interdisant les espèces et en ponctionnant l'épargne des Français directement dans les comptes bancaires. Mais des difficultés subsistaient. Les relations inter-étatiques avec les pays fascistes étaient conflictuelles, il n'y avait que l'Organisation de la Conférence Islamique qui soutenait la France : même l'Allemagne, malgré les cadeaux qui lui avaient été faits du siège permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU et d'une souveraineté prioritaire sur l'Alsace et la Lorraine, s'était retournée contre la France.

Mais il restait la question des "Fake News", de la propagande étrangère qui venait pourrir le débat politique. Malgré les interdictions, pourtant appliquées strictement par les fournisseurs d'accès à Internet, de nombreuses personnes parvenaient encore à consulter des sources d'information non validées par le Gouvernement.

Le Président devait frapper un grand coup.

Il commença son allocution, retransmise en direct sur toutes les chaînes TV et radio, et tous les sites Internet du pays :

"Françaises, Français, cher Imam, l'heure est grave. C'est notre modèle de démocratie qui est en péril, il nous faut le sauver.

Vous le savez, nos amis les journalistes vous l'ont longuement expliqué, des pays étrangers propagent ce qu'on appelle des infox ou des Fake News, c’est-à-dire de la propagande mensongère, pour intervenir dans le débat politique national. J'en ai été victime, vous le savez. J'en ai souffert, vous le savez. Mais ce n'est pas cela le plus grave, le plus grave c'est que ces intoxications nauséabondes peuvent tromper certains d'entre vous au point de les inciter à voter du mauvais côté, du côté de l'anti-france, du côté du chaos. Si nous ne faisons rien, si je ne fais rien, c'est toute notre liberté, toute votre liberté, qui sera annihilée.

Aussi, pour assurer que notre démocratie ne périsse pas sous les coups des forces hostiles étrangères, j'ai décidé de me consacrer au service du pays le temps qu'il faudra. Les prochaines élections sont donc reportées.

Vive la République !"

Image : Wikimedia Commons

©Philippe Gouillou - Samedi 8 juin 2019


Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2019) : "Hypothèse 7 : Sauver la démocratie". Evoweb. Samedi 8 juin 2019. <http://www.evoweb.net/blog2/20190608-hypothese-7.htm>
[Hypothèse 7 : Sauver la démocratie](http://www.evoweb.net/blog2/20190608-hypothese-7.htm). Gouillou, Philippe. *Evoweb*. Samedi 8 juin 2019