^

Privatisation de la censure : pourquoi ?

©Philippe Gouillou - Mercredi 16 janvier 2019

Tags : Economie - Politique - Presse - Propagande - Sélection

Si en Chine la censure communiste est étatique, en Occident elle se privatise, et Google, YouTube, Patreon, etc., mènent une guerre financière contre ceux qui ne sont pas de gauche. Quel est l'intérêt de ces sociétés privées ?


center

Chine

Dans The Atlantic ( "Why 1984 Isn't Banned in China"), Amy Hawkins, journaliste freelance basée à Beijing, et Jeffrey Wasserstrom, Professeur d'histoire à UC Irvine, expliquent que la censure en Chine est plus complexe que ce qu'on croit. Ils indiquent par exemple que si toute référence en ligne au livre 1984 est censurée (Orwell), le livre en lui-même est librement disponible à la vente (depuis 1985 pour le grand public). De même, si les références aux "Trois Ts" (Taiwan, Tibet, et Tiananmen) sont interdites, les guides touristiques peuvent parler de la place de Tiananmen à la condition de ne pas évoquer les événéments du 15 avril au 5 juin 1989 (10 000 morts selon RFI). L'idée fondamentale est que la censure ne doit pas être trop forte pour ne pas créer trop de frustations, et cette prudence est une des raisons qui ont permis au régime communiste de perdurer :

"Ils [les leaders chinois] savent que s'ils maintiennent le couvercle trop hermétique, ils pourraient provoquer de l'envie, et cette envie pourrait se transformer en un problème politique sérieux."
The Atlantic1

Occident

La situation en Occident est très différente : comme la censure communiste n'y est pas un monopole gouvernemental, elle est beaucoup plus répandue, et prend des formes différentes.

La censure gouvernementale, officielle, continue bien sûr d'exister dans plusieurs pays européens. En France les Journaux Télévisés n'ont plus grand chose à envier à ceux en Tunisie sous Ben Ali :

"Au lieu de quoi, comme chaque soir, le journal de France 2 a commencé par les images officielles du régime (les deux ministres chargés d'encadrer le "grand débat indépendant", l'annonce de la nomination de "cinq personnalités chargées de garantir son indépendance") et l'incontournable duplex devant les bâtiments officiels. Ce soir, c'est devant les bureaux du Premier ministre, et surprise de la soirée, ce ne sont plus "cinq garants", mais seulement "trois sages" dont la nomination est annoncée. Preuve de leur "sagesse" : ils seront nommés par les présidents de l'Assemblée, du Sénat, et du Conseil économique et social, "manière d'associer l'opposition et les syndicats, puisque le président du Conseil économique et social est issu de la CGPME", analyse sans rire la journaliste politique Valérie Astruc. Décidément, on n'est jamais déçu en regardant France 2."
Daniel Schneidermann

Elle devient même tellement oppressante que la presse polonaise la dénonce :

center 450

"L’hebdomadaire Sieci (anciennement wSieci) aime les couvertures-chocs. Il avait beaucoup fait parler de lui à l’étranger au début de l’année 2016 avec sa couverture sur le « viol islamique de l’Europe ».
Cette nouvelle couverture de Sieci a ceci d’intéressant qu’elle renvoie à un article bien informé sur les faits réels de censure notamment en France, à un moment où les autorités polonaises sont régulièrement accusées de porter atteinte aux libertés fondamentales et à la liberté des médias, principalement en raison du remplacement de la direction et des journalistes de la radio et la télévision publique (ce qu’avaient fait aussi les gouvernements précédents)."
Délit d'Images

Mais c'est surtout la censure privée qui se développe.

Il y a tout d'abord la simple pression des pairs : dire quoi que ce soit qui puisse être perçu comme politiquement incorrect engendre la mort sociale. Par exemple le Prix Nobel James Watson, 90 ans, vient d'être sanctionné par le laboratoire qu'il avait dirigé pour avoir rappelé une évidence scientifiquement démontrée (comme le QI2 est partiellement d'origine génétique, il y a des différences moyennes de QI entre les populations) :

"A la télévision, le pionnier des études de l'ADN avait fait référence au point de vue que les gènes causent une différence en moyenne entre les blancs et les noirs sur les tests de QI
Le Laboratoire Cold Spring Harbor a annoncé que les remarques du scientifiques de 90 ans sont "sans fondement et irresponsables"."
BBC3

Internet

Et surtout la censure Internet mise en place activement par les entreprises mêmes qui vivent de la création de contenu.

Par exemple, en août 2017, Google, connu pour son soutien actif à la candidature d'Hillary Clinton aux Présidentielles US de 2016, avait licencié James Damore pour avoir affirmé que la plus faible proportion de femmes à des postes d'ingénieurs n'est pas due que à la discrimination (voir l'article de Peggy Sastre).

A peine plus d'un an après, tous ceux qui citent des études scientifiques démontrant qu'il existe des différences moyennes entre les sexes peuvent être censurés ou démonétisés. De fait, même un tout petit site comme Evopsy l'a subi : ma page présentant une étude de l'Institute for Family Studies réalisée avec les données de la General Social Survey (GSS) sur l'infidélité des Américains adultes mariés ou divorcés, et dont les seules images sont des courbes historiques et un dessin d'XKCD, a été classée comme "Adultes : Contenu à caractère sexuel", et partiellement démonétisée sur Google Adsense.

C'est que la censure en elle-même a changé : il ne s'agit plus simplement d'interdire la diffusion des contenus non politiquement corrects, mais d'en empêcher la création en en bloquant le financement.

James Delingpole explique :

"Si j'étais impecablement 'progressiste', ce [rechercher des financements pour son Podcast] serait du gâteau. Je pourrais monétiser mon contenu par des pubs sur YouTube, je pourrais obtenir des donations en crowdfunding sur Patreon, je pourrais promouvoir mon travail par des apparitions régulières sur CNN. Mais si vous êtes sarcastique et irrévérencieux et que vous ne jouez pas le jeu du signalement de vertu, alors vos options sont beaucoup plus limitées. Tout écart par rapport à la voie de la justice «éveillée» — même une plaisanterie mal comprise ou une remarque sortie de son contexte — peut vous amener à être qualifié d'extrémiste de droite, et alors votre public ne sera plus autorisé à vous payer, même s'il le souhaite."
James Delingpole4

Et tous ceux qui s'expriment sont sous attaque dès lors qu'ils ne chantent pas les louanges du progressisme : Carl Benjamin, avec 900 000 abonnés pour Sargon of Akkad, a été viré de Patreon, sa source de financement ; PewDiePie, le YouTubeur le plus célèbre, avec 77 millions d'abonnés et presque 20 milliards de vues (plus de 3 vues par humain !), a failli perdre son financement sur YouTube ; etc.

Oligarchie

Pour que des entreprises privées comme Google ou Patreon en arrivent à virer ceux qui leur rapportent le plus d'argent, il faut qu'elles aient une très bonne raison de le faire, ou qu'elles y soient contraintes.

James Delingpole raconte que la tentative de Jordan Peterson et Dave Rubin de lancer un concurrent apolitique de Patreon se heurte à des difficultés majeures et donne une piste d'explication :

"La vraie pression, semble-t-il, provient des fournisseurs de paiement — Visa, Discover, PayPal, surtout Mastercard — qui se sont mis à utiliser le blacklistage financier comme moyen d'imposer l'idéologie progressive."
James Delingpole5

Il est difficile d'imaginer que ces sociétés financières seraient assez puissantes pour obliger les Patreon, Google et autres à perdre de l'argent en bloquant ceux qui ne pensent pas comme il faut, peut-être même la causalité est-elle dans l'autre sens (Patreon faisant pression pour ne pas avoir de concurrent), je ne sais pas.

Mais on peut remarquer que toutes ces sociétés ont une forte communauté d'intérêt : elles n'en sont plus à se battre pour percer, mais à essayer de conserver leur position dominante, c’est-à-dire à lutter contre la concurrence alors même que celle-ci se développe fortement (les Fintechs attaquent le marché financier, de nouveaux moteurs de recherche apparaissent, etc.). Il leur faut figer le marché, faire en sorte qu'aucune startup ne puisse se développer à leur niveau. Or ceci est impossible dans un marché libre, elles ont besoin de la protection de l'Etat. Le "progressisme", qui impose un contrôle politique sur le marché et entretient une oligarchie, est la réponse précise à leurs besoins.

Les censures mises en place par les grandes sociétés Internet ne doivent donc pas être vues comme des sacrifices coûteux, mais bien comme des investissements pour imposer un système politique oligarchique qui protègera leur position dominante.

Liens

Photos

  • "Tank Man" le 5 juin 1989 par Jeff Widener
  • Couverture de Sieci (Pologne) : Délit d'Images

Notes


  1. Traduction personnelle depuis :

    "They [China’s leaders] know that if they keep the lid on too tight, they could stoke envy, and that envy could turn into a serious political problem."
    The Atlantic

  2. Rappel : le QI est une mesure de l'Intelligence Générale (Facteur g) qui explique environ 50% de la variance des résultats à des tests cognitifs. Voir Douance.org

  3. Traduction personnelle depuis :

    In a TV programme, the pioneer in DNA studies made a reference to a view that genes cause a difference on average between blacks and whites on IQ tests.
    Cold Spring Harbor Laboratory said the 90-year-old scientist's remarks were "unsubstantiated and reckless".
    BBC

  4. Traduction personnelle depuis :

    "If I were impeccably ‘progressive’, this would be a doddle. I could monetize my content through ads on YouTube, I could crowdfund donations through Patreon, I could promote my work with regular appearances on CNN. But if you’re snarky and irreverent and you won’t play the virtue-signaling game then your options are much more limited. Any deviation from the path of ‘woke’ righteousness – even just a misjudged joke or a remark taken out of context – can get you branded a ‘far right’ extremist and your audience won’t be allowed to pay you even if they want to."
    James Delingpole

  5. Traduction personnelle depuis :

    "The real pressure, it seems, comes from the payment providers – Visa, Discover, PayPal, especially Mastercard – which have taken to using financial blacklisting as a way of enforcing progressive ideology."
    James Delingpole

©Philippe Gouillou - Mercredi 16 janvier 2019


Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2019) : "Privatisation de la censure : pourquoi ?". Evoweb. Mercredi 16 janvier 2019. <http://www.evoweb.net/blog2/20190116-censure.htm>
[Privatisation de la censure : pourquoi ?](http://www.evoweb.net/blog2/20190116-censure.htm). Gouillou, Philippe. *Evoweb*. Mercredi 16 janvier 2019