^

Des femmes, des putes et des sexbots

Philippe Gouillou - Vendredi 8 avril 2016

Tags : France - Féminisme - Politique - Evopsy

La toute nouvelle loi sur la prostitution ne protégera les féministes que d'une seule forme de concurrence : ça ne suffira pas, il faudra changer de population.


Les deux types de citoyens

La nouvelle loi contre la prostitution se veut volontaire et comporte deux innovations juridiques majeures pour y parvenir :

  1. Elle pose la rémunération comme un refus de consentement, ce qui interdit de facto les contrats de travail :

    "Les députés ont considéré que la présence même de l'argent dans la relation est la preuve irréfragable de l'absence de libre consentement d'une des parties"
    Yaël Mellul et Lise Bouvet

  2. Elle casse l'égalité des citoyens devant la loi en distinguant deux types de personnes, toutes deux dans la légalité mais ayant des droits différents, les prostitués n'ayant pas un droit reconnu à tous les autres (italique ajouté) :

    "Le fait de solliciter, d'accepter ou d'obtenir des relations de nature sexuelle d'une personne qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, en échange d'une rémunération, d'une promesse de rémunération, de la fourniture d'un avantage en nature ou de la promesse d'un tel avantage est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe"
    (futur article 611-1 du Code Pénal)

Echange Sexe-Ressources : un beau mariage est-il de la prostitution ?

La raison d'une telle inventivité des législateurs est facile à comprendre : il est très difficile de distinguer formellement la prostitution du mariage, voire des relations amants-maîtresses. Comme expliqué dans Pourquoi les femmes des riches sont belles, l'échange sexe-ressource est à la base des relations entre les sexes, et tout homme qui a connu des hauts et des bas dans sa vie financière sait que sa valeur pour les femmes suit précisément la même courbe. La seule définition valide de la prostitution est celle attribuée à Jacques Brel, mais elle est impossible à intégrer dans un texte de loi :

"Une prostituée, c'est celle avec qui on a fini de payer avant"

En effet, l'épouse et la maîtresse demanderont des compensations bien après l'acte sexuel en lui-même et seront au final beaucoup plus coûteuses qu'une prostituée (même "de luxe"). Cette dernière est donc une concurrence redoutable qui se rapproche du dumping : la femme qui compte sur son sex-appeal pour enferrer un homme riche perd de ses chances s'il peut avoir la même prestation sans engagement (voir "Vocabulaire : pudeur" sur Evoweb).

Sexodus et sexbots

Mais même si la créativité législative parvient à abolir la concurrence des prostituées, cette victoire ne fera que renforcer les autres formes de concurrence. La situation est en effet la suivante :

  1. De moins en moins d'hommes "convenables"

    Jennifer Schaffer l'avait remarqué : la féminisation de l'enseignement supérieur réduit les chances des femmes. En effet, celles-ci, qui cherchent généralement un homme plus haut socialement qu'elles ("hypergamie"), en ont de moins en moins à disposition.

  2. De moins en moins d'hommes masculins

    Les succès populaires croissants auprès des femmes du "Mom Porn" (ex: 50 nuances de Grey) et des films idéalisant des hommes très masculins (ex: Russell Crowe dans Gladiator) montrent qu'elles ne veulent pas des hommes élevés selon les principes féministes. Or, la majorité de ceux présents sur le marché du mariage le sont.

  3. Des hommes de moins en moins motivés

    Les évolutions légales qui font qu'un un étudiant peut être renvoyé automatiquement de son université sur simple accusation de viol, sans besoin d'aucune évidence, que la définition même du viol est de plus en plus étendue1, qu'un homme peut être condamné à payer une allocation pour des enfants qui ne sont pas les siens, et que le divorce le ruinera très fréquemment (sans parler de toutes les autres inégalités sexuelles2), ont éloigné les hommes des rapports hétérosexuels.

  4. Une offre concurrente croissante

    La technologie, et notamment le porno (et prochainement les "sexbots"), qui ne présentent aucun risque financier ni juridique, apportent de nouvelles solutions de remplacement pour les hommes qui trouvent de plus en plus prudent (juridiquement et financièrement) d'éviter de se trouver en tête à tête avec une femme. Certaines féministes sont d'ailleurs conscientes de ce risque, et Kathleen Richardson mène campagne pour interdire les relations sexuelles avec les robots.

La conséquence est que la valeur des femmes sur le marché du sexe et du mariage est en chute, au point que Milo Yiannopoulos a créé le terme "Sexodus" pour décrire cette évolution sociétale majeure.

La mort du féminisme ?

Quand un produit a perdu sa position dominante sur un marché, sa seule option est de se réinventer en se repositionnant : poursuivre la stratégie des grandes heures ne ferait qu'accélérer la dégringolade. Le féminisme triomphant, qui avait déjà connu un contrecoup le 11 septembre 2001 mais qui était revenu en force, n'y survivra peut-être pas. Dans un article publié le 1er janvier 2010, The Futurist prévoyait ce retournement brutal dès 2020 :

"Le monde occidental est tranquillement devenu une civilisation qui sous-évalue les hommes et surévalue les femmes, où l'Etat force le transfert des ressources des hommes vers les femmes, ce qui crée des incitations pour que des femmes autrement bonnes aient des comportements destructeurs contre les hommes et les enfants, et où la nature masculine est diabolisée mais la culture féminine célébrée. C'est injuste pour les deux sexes, et c'est la recette d'un déclin civilisationnel rapide, dont le coût sera finalement supporté par une prochaine génération de femmes innoncentes, plutôt que d'hommes, et cela dès 2020."3

Le féminisme n'est en effet pas qu'une arme de compétition intra-sexuelle mais aussi un filtre qui a permis aux femmes de sélectionner les hommes qui sont suffisamment dominants pour ne pas s'y soumettre. Or toute la propagande induite a des effets, dont celui d'empêcher le développement de ces hommes qu'elles recherchent. Maintenant qu'ils sont rares ou qu'ils les fuient, elles vont devoir les trouver ailleurs, en provenance d'autres cultures, et pour cela abandonner le féminisme.

Les migrations de remplacement

Ce sont les "migrations de remplacement", prônées par l'INED4, qui leur apporteront ces hommes plus machos. Tout montre en effet qu'ils n'ont pas été atteints par la propagande féministe et ont conservé des caractéristiques masculines bannies en Occident. Ils correspondent donc aux critères et pourront remplacer les hommes occidentaux en sexodus, mais pour cela, les femmes devront s'adapter.

Les féministes le savent et ont montré qu'elles sont prêtes : il a été très largement remarqué qu'elles ne condamnent les viols que s'ils sont commis par des Occidentaux, et qu'elles sont restées très silencieuses face aux agressions et viols commis à Cologne la nuit du 31 décembre dernier.

Les Islamistes le savent aussi : ils exploitent l'anxiété croissante des jeunes filles qui arrivent dans un monde où elles ne domineront plus autant pour leur faire croire que le port du voile augmente leur valeur dans la compétition sexuelle et les soumettre (voir : "Madones, putains, hijab" sur Evopsy).

Et même les hommes blancs à remplacer en sont conscients : ils savent que ceux d'entre eux qui n'auront pas encore été tués seront toujours rejetés et vilipendés, que la presse continuera de les présenter comme la cause première de toutes les oppressions du monde, et que ceux qui iront voir une prostituée seront condamnés, c'est maintenant la loi.

Philippe Gouillou
8 avril 2016

Ajouts

  • 9 avril 2016 : voir aussi (merci à Jan Krepelka pour les liens) :

    • "Marriage and feminism as shit tests". Turion. 1er mai 2011.
      Extrait :

      "In this system the smart move for women becomes even more than ever to have sex with alphas only, then marry some rich lesser alpha and dump him after a few years and take his money.
      So yeah, both marriage and feminism appear as mere shit tests, weeding out betas and favoring selection of alphas, as nature would have it, nothing new here.
      But here's the interesting angle.
      Feminism is a creation of the losers of sexual competition, the beta females so to speak."

    • The Ultimate Shit Test: Feminism and the female mating strategy. Cyralea. Reddit: TheRedPill. 2015

  • 11 avril 2016 : Taduction note 2, corrections de style et d'orthographe

Liens


  1. Exemple : Maouloud Baby, 15 ans, a été condamné à 15 ans de prison pour viol (dont 10 ans ferme et 5 ans de probation) pour avoir mis 5 secondes à se retirer après que la femme lui ait demandé d'arrêter ce à quoi elle avait préalablement consenti : Wikipedia : Maouloud Baby v. State et image 

  2. Exemples par McInnes (traduction personnelle, version originale entre parenthèses) :

    • Les hommes représentent 97% des victimes au combat (Men are 97% of combat fatalities.)
    • Les hommes paient 97% des pensions alimentaires (Men pay 97% of Alimony)
    • Les hommes représentent 94% des suicides au travail (Men make up 94% of work suicides.)
    • Les hommes représentent 93% des morts au travail (Men make up 93% of work fatalities.)
    • Les hommes représentent 81% de toutes les morts de guerre (Men make up 81% of all war deaths.)
    • Les hommes perdent la garde des enfants dans 84% des divorces (Men lose custody in 84% of divorces.)
    • 80% des suicidés sont des hommes (80% of all suicides are men.)
    • 77% des victimes d'homicide sont des hommes (77% of homicide victims are men.)
    • 89% des hommes seront victimes d'au moins un crime violent (89% of men will be the victim of at least one violent crime.)
    • Les hommes sont deux fois plus victimisés par des étrangers que les femmes (Men are over twice as victimized by strangers as women.)
    • Les hommes ont 165% plus de chances d'être condamnés que les femmes (Men are 165% more likely to be convicted than women.)
    • Les hommes sont condamnés à des peines 63% plus longues pour le même crime (Men get 63% longer sentences than women for the same crime.)
    • Le biais des tribunaux contre les hommes est au moins 6 fois plus élevé que leurs biais raciaux (Court bias against men is at least 6 times bigger than racial bias.)
    • Les hommes sont discriminés négativement dans les écoles et universités (Males are discriminated against in school and universities.)
    • Les garçons ont beaucoup plus de punitions corporelles que les filles (Boys face vastly more corporal punishment than girls.)
    • 60-80% des sans domiciles (SDF) sont des hommes (60-80% of the homeless are men.)
    • La lutte contre les cancer des femmes reçoit 15 fois plus de financement que celle contre les cancers des hommes (Women's cancers receive 15 times more funding than men's.)
    • Au moins 10% des pères sont victimes de fraude à la paternité (At least 10% of fathers are victims of paternity fraud.)
    • Un tiers de tous les pères aux USA ont perdu la garde de leurs enfants ; la plupart doivent en plus payer pour cela (One third of all fathers in the USA have lost custody of children; most are expected to pay for this.)

  3. Traduction depuis:

    "The Western World has quietly become a civilization that undervalues men and overvalues women, where the state forcibly transfers resources from men to women creating various perverse incentives for otherwise good women to conduct great evil against men and children, and where male nature is vilified but female nature is celebrated. This is unfair to both genders, and is a recipe for a rapid civilizational decline and displacement, the costs of which will ultimately be borne by a subsequent generation of innocent women, rather than men, as soon as 2020."

  4. Extrait du numéro d'avril de Populations et Sociétés, le magazine de l'INED (Institut National d'Etudes Démographiques) :

    "La « crise des réfugiés » se déroule parallèlement à une crise de dépopulation qui menace l’Europe. Les migrations de remplacement pourraient donc faire partie des réponses de l’Europe à sa situation démographique."
    Philippe Fargues


Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2016) : "Des femmes, des putes et des sexbots". Evoweb. Vendredi 8 avril 2016. <http://www.evoweb.net/blog2/20160408-prostitution-sexodus.htm>
[Des femmes, des putes et des sexbots](http://www.evoweb.net/blog2/20160408-prostitution-sexodus.htm). Gouillou, Philippe. _Evoweb_. Vendredi 8 avril 2016