^

Racisme féminin

9 Nov 07

Racisme féminin

Permalink 17:43:49, Catégories: Compétition sexuelle, France, Sélection, 1046 mots
http://www.evoweb.net/blog/Racisme-f-minin.html

Je ne crois pas que la Halde [1] condamne déjà les femmes blanches qui refusent des faveurs sexuelles ou le mariage à un membre d'une minorité défavorisée, mais elle s'y intéressera très probablement prochainement : une étude américaine [2] montre qu'il y a matière.

 

Les auteurs ont calculé que si les mariages étaient régis par le hasard, alors 44% des couples seraient mixtes (de races différentes) alors qu'il n'y en a que 4% : la discrimination est évidente. Ils ont alors cherché à déterminer si cet écart était du au fait que les races ne se mélangent pas (on ne se marie pas seulement avec qui on choisit, mais d'abord et avant tout avec qui on rencontre) ou s'il y avait bien biais à la sélection. Leur résultat est sans appel : il y a bien très forte discrimination raciale (raciste ?)... de la part des femmes et seulement des femmes.

Pour trouver cela les auteurs ont réalisé une immense enquête sur le "Speed Dating" : lors d'une soirée, une dizaine ou vingtaine d'hommes peuvent rencontrer le même nombre de femmes présentes, mais seulement pour 4 minutes. A chaque rencontre, chaque participant était interrogé sur chacun des partenaires potentiels rencontrés. Au bout de plusieurs années et plus de 400 de ces soirées, il y a eu suffisamment de données pour faire une étude statistique.

Comme le résume l'auteur principal dans un article de cette semaine dans Slate Magazine [3], les résultats ont pour la plupart confirmés les clichés usuels : les hommes accordent une plus grande importance à la beauté, les femmes à la réussite et/ou aux perspectives de réussite ; les hommes ne veulent pas de femmes plus intelligentes qu'eux, ce qui est parfaitement compatible avec la demande opposée des femmes, etc.

Mais il y a aussi eu une surprise : ce sont les femmes, et pas les hommes, qui tiennent à rester au sein de leur race et qui "discriminent contre" (sens actif !) les autres (sauf les femmes asiatiques qui "ne rejettent pas" les hommes blancs). Raymond Fisman écrit :

Another clear gender divide, this one less expected, emerged in our findings on racial preferences, reported in a forthcoming article in the Review of Economic Studies. Women of all the races we studied revealed a strong preference for men of their own race: White women were more likely to choose white men; black women preferred black men; East Asian women preferred East Asian men; Hispanic women preferred Hispanic men. But men don't seem to discriminate based on race when it comes to dating. A woman's race had no effect on the men's choices.

Two wrinkles on this: We found no evidence of the stereotype of a white male preference for East Asian women. However, we also found that East Asian women did not discriminate against white men (only against black and Hispanic men). As a result, the white man-Asian woman pairing was the most common form of interracial dating—but because of the women's neutrality, not the men's pronounced preference. We also found that regional differences mattered. Daters of both sexes from south of the Mason-Dixon Line revealed much stronger same-race preferences than Northern daters. [4]


Il y a très certainement énormément d'éléments qui interviennent dans cette discrimination : la préférence à rester dans son milieu (pas seulement culturel mais sans doute aussi génétique via les phéromones) ; le fait que la blancheur est une caractéristique féminine qui donne de la valeur aux femmes européennes, etc. Mais il faut remarquer que cette tendance va à l'opposé de l'attirance sociale : puisqu'aux USA les hommes blancs et asiatiques sont en moyenne beaucoup mieux placés socialement que les noirs et hispaniques [6] et que le critère social est important pour les femmes, alors on pourrait s'attendre à ce que les femmes noires les préfèrent, or cette étude montre exactement l'opposé.

Comme on le voit il y a donc matière pour que les étatistes "prennent leur responsabilité" et nous pondent une loi, des décrêts et autres règlementations pour lutter contre ce racisme activement discriminatoire. On ne pourra pas généraliser la "couleur de l'amour" chantée par Pierre Perret si les femmes ne soumettent pas leur vie sexuelle au diktat antiraciste [6].

Vu que l'étatisme est ultra-dominant en France, que l'antiracisme est la religion obligatoire de notre époque ("le communisme du XXIème siècle" comme l'a remarqué Finkielkraut), et que l'expérience montre régulièrement que la liberté des femmes vient après les caractéristiques ethnico-religieuses, je suis persuadé que la Halde saura s'auto-saisir pour s'occuper fermement de ce problème grave.


NOTES :
  1. Police politique française ayant pouvoir de condamnation extra-judiciaire (condamnation financière seulement pour l'instant)

  2. "Racial Preferences in Dating" - Raymond Fisman, Sheena S. Iyengar, Emir Kamenica, & Itamar Simonson - First Draft: August 15, 2004 This Draft: May 11, 2007. To be published in the Review of Economic Studies.
    Abstract:

    We examine racial preferences in dating. We employ a Speed Dating experiment, which allows us to directly observe individual decisions and thus infer whose preferences lead to racial segregation in romantic relationships. Females exhibit stronger racial preferences than males. The richness of our data further allows us to identify many determinants of same race preferences. Subjects’ backgrounds, including the racial composition of the ZIP Code where a subject grew up and the prevailing racial attitudes in a subject’s state or country of origin, strongly influence same race preferences. Older subjects and more physically attractive subjects exhibit weaker same race preferences.


  3. Slate : An Economist Goes to a Bar - And solves the mysteries of dating. By Ray Fisman - Posted Wednesday, Nov. 7, 2007, at 12:00 PM ET

  4. id. Emphasis added.

  5. Voir les travaux de Peter Frost, PhD, Laval, Québec

  6. Le terme "race" aux USA distingue les personnes d'origine Latino-Américaines : les Hispaniques, ce qui n'a plus grand chose de génétique. A noter également que la race d'une personne est choisie... par cette personne : les études raciales aux USA demandent à chacun de se positionner dans une race (ou plusieurs), il n'y a pas de fondement génétique, juste une déclaration libre.

  7. Sur le même thème : "Mariage politiquement correct" - Evoweb - 05 février 2004

©Philippe Gouillou



191

Evoweb

La société, sous l'angle évolutionniste.

La lecture préalable de Pourquoi les femmes des riches sont belles est requise, ou du moins une bonne connaissance générale du sujet : Axelrod, Buss, Dawkins, Geary, Hrdy...

De nombreux termes utilisés sont expliqués dans le Glossaire Evopsy.

Navigation

Twitter : evowebnet

Catégories

Archives